Home Mot du président Optimistan Optimistes Sans Frontières
Radio-TV Optimistan Idées Statuts Chorale Revue de presse
Réflexions Mailing Commission Sociale Belgique
Administration Comité d'honneur Eternels Optimistes Partenaires Contact
Agenda Adhésion Cotisations Donations
Réflexions



Une historette du bol cassé

Ikkyu était un tout jeune moine dans un temple zen ou vivait aussi son frère. Un jour, ce dernier fit tomber un bol de cérémonie du thé, qui se brisa. Ce bol était d'autant plus précieux qu'il avait été offert par l'empereur. Le chef du temple le réprimanda sévèrement, ce qui fit pleurer le petit moine

Mais Ikkyu lui dit de ne pas s'inquiéter : "J'ai de la sagesse, je peux trouver une solution."

Il ramassa les morceaux de céramique, qu'il mit dans sa manche de kolomo, et alla se reposer dans le jardin du temple, attendant paisiblement que le maître ne revint. Dès qu'il l'aperçut, il alla à sa rencontre et lui demanda :

"Maître, les hommes nés en ce monde, meurent-ils ou ne meurent-ils pas ?

- Ils meurent certainement, répondit le maître. Le Bouddha lui-même est mort.

- Je comprends, dit Ikkyu, mais pour ce qui est des autres existences, les minéraux et les objets sont-ils eux aussi destinés à mourir ?

- Bien sûr, répondit le maître. Toute chose ayant forme doit nécessairement mourir, quand le moment est venu

- Je comprends, dit Ikkyu. En somme, comme tout est périssable, on ne devrait pas avoir à pleurer ni à regretter ce qui n'est plus, ni à se fâcher contre la destinée.

- Non, bien sûr! Où veux-tu en venir questionna le maître.

Ikkyu sortit alors de la manche de son kolomo les débris du bol qu'il présenta à son maître. Celui-ci en resta bouche bée



 
Ligue des Optimistes du Royaume de Belgique © 2006-2011. All rights reserved